VACCINOMANIA- Les Vaccins

« La vaccinologie a cessé d'être une science pour devenir une église qui excommunie et pourchasse ceux qui osent remettre en question ses dogmes. Il est totalement injustifié aujourd'hui de faire des vaccins une obligation légale. Chacun doit pouvoir choisir de protéger sa santé comme il l'entend après avoir entendu tous les points de vue, ceux des partisans comme ceux des opposants. »

On dit d'ailleurs que Pasteur, sur son lit de mort, aurait prononcé cette phrase qui anéantissait tous les dogmes qu'il avait érigés: « C'est Claude Bernard qui a raison. Le microbe n'est rien, c'est le terrain qui est tout! »

Le fond du problème peut se résumer ainsi: « Les moustiques sont-ils la cause du marécage ou est-ce l'inverse? »

Autrement dit: « La prolifération de virus et de bactéries est-elle la cause ou la conséquence des déséquilibres du terrain immunitaire? »

Dans de nombreuses situations, Pasteur a manipulé les informations, volé les découvertes d'autres scientifiques, agi en homme sans moralité ni rigueur. Quiconque se donne la peine d'étudier les ouvrages consacrés à « l'escroquerie pasteurienne ne peut que répondre « oui » à la question posée par le docteur Ancelet « Faut-il déboulonner la statue de Pasteur? »

biogassendi.ifrance.com/biogassendi/editobiofr12bechamp.htm

On délivre encore a la population un message quasi religieux sans analyse ni faits concrets, avec des arguments affectifs, en utilisant la peur, et on entend seulement l'incantation « les vaccins protègent » sans que cette théorie soit jamais discutée. Si vous essayez de mettre en doute sur l'efficacité des vaccins, vous êtes aussitôt considéré comme un dangereux blasphémateur et traité comme tel. Si vous développez des arguments scientifiques devant le médecin qui vient de vous dire qu'on ne peut remettre en question efficacité des vaccins et si vous lui posez des questions scientifiques précises, vous vous apercevrez très vite qu'il n'a aucun argument à vous opposer, il ne sait que réciter le catéchisme. « Discuter vaccination avec un médecin est comme parler végétarismes avec un boucher » disait Georges Bernard Shaw.

SYSTÈME IMMUNITAIRE VEILLE SUR NOUS

Aujourd'hui, on peut distinguer l'étendue de l'illusion pasteurienne et les ravages que cette approche a causés. Au lieu d'éduquer les gens à vivre en respectant leur immunité naturelle, on continue à leur faire croire que les virus et les bactéries sont les ennemis à abattre par des traitements chimiques intenses. Des millions de gens restent immobilisés dans l'ignorance et voient leur vie détruite par l'abus de médicaments de synthèse.

Les microbes (virus et bactéries) sont présents autour de nous et à l'intérieur de notre corps depuis l'aube du monde. Sans leur présence et leur activité, aucun être vivant n'aurait pu évoluer. Parmi d'autres activités, ils sont garants de la composition de l'air que nous respirons, de la fertilité des sols, de la nutrition des arbres, de la digestion des herbivores, de la fabrication de vitamines dans notre intestin (1kilo et demi de bactéries travaille jour et nuit pour nous dans la flore intestinal!) et de la maturation de nos grands systèmes physiologiques. Dans notre relation avec eux, la maladie est, ou plutôt devrait être l'exception.

Enfants, nous faisons la rougeole une seule fois, alors que le virus est présent en nous de la naissance à la mort. Pourquoi? En fait, la maladie a un sens, elle est un signe, une phase de maturation, un mécanisme de guérison. Les microbes participent à notre croissance comme « nettoyeurs » ou comme reprogrammateurs de l'ADN.

Certes, les microbes peuvent s'avérer dangereux lorsque nous ne savons plus les contrôler grâce à notre système immunitaire. Le système immunitaire est un système d'adaptation et de communication avec le monde extérieur. Il contrôle notre relation avec le monde microbien, comme un contremaitre contrôle ses ouvriers. Si les microbes outrepassent leurs fonctions régulatrices et deviennent pathogènes, c'est parce que l'immunité est déficiente.

Dans l'organisme comme dans l'univers, il n'y a pas d'effet sans causes se rattachent toujours à des désobéissances aux lois naturelles. La seule médecine logique est donc celle qui enseigne les lois de la santé. Ou encore Hippocrate: Toutes les maladies sont les conséquences de nos habitudes de vie.

LES VACCINS NE PROTÈGENT PAS

L'argument classique « les vaccinations ont fait disparaitre les épidémies » ne résiste pas à l'examen. Preuve en est que les maladies infectieuse ont régressé de la même manière dans les pays qui vaccinaient et dans ceux qui ne vaccinaient pas. Preuve en est aussi que ces maladies subsistent dans les pays à bas niveau de vie, et ce malgré les campagnes de vaccination. Pire, dans ces pays, ce sont les vaccinés qui meurent le plus de ces maladies.

Le livre de Guylaine Lanctôt « La Mafia médicale » est devenu un best-seller. Il montre comment la médecine moderne a « vendu son âme » aux marchands qui ont fait de la science une gigantesque opération commercial. Sachant  que 45% des fonds de l'UNICEF sont affectés à la vaccination des pays du Tiers-monde tandis que 17% seulement sont consacrés à l'eau et à l'assainissement, nous devons réaliser que les enfants des pays pauvres ont besoin d'eau propre et de nourriture et non d'agents agressifs qui les font mourir comme des mouches. En détournant les fonds qui auraient dû servir à l'amélioration des conditions de vie et en les acheminant dans les banques des multinationales, la vaccination creuse encore le fossé entre les riches dominants et les pauvres exploités.

LES VACCINS SONT CONTRAIRES AUX DROITS DE L'HOMME

Le fait d'imposer leurs croyances à tous, c'est inadmissible dans une démocratie digne de ce nom. C'est contraire aux droits de l'Homme. C'est incompatible avec la déontologie médicale qui veut que le médecin considère chaque patient dans son individualité et ne lui applique pas des mesures uniformisées. Que dirait-on d'un médecin qui donnerait le même médicament a tous ses patients sans les avoir ni interroges ni examines un par un ?

C'est pourtant ce que les vaccinalistes veulent imposer en faisant fi des règles fondamentales de la pratique médicale qui ont été appliquées depuis des millénaires. Jusqu'à l'ère des vaccins, la médecine a toujours été une relation humaine, directe, intime, entre le médecin et son patient. Imposer à tous des mesures dictées par les scientifiques de la branche médicale dominante, ce n'est plus de la médecine, c'est une forme sournoise de dictature.

Dans quelques années, dira-t-on des scientifiques vaccionalistes qu'ils étaient, comme Calvin « victimes des erreurs de leur temps »? Il y a en effet, à deux pas de Hôpital Cantonal de Genève, une plaque commémorative sur laquelle on peut lire:

« Ici Calvin, victime des erreurs de son temps, fit bruler Michel Servet ».

Ce médecin avant-gardiste avait eu en effet l'audace de remettre en question les dogmes médicaux de l'époque.

La médecine conventionnelle, correspond aux modes et aux idées élaborées à chaque époque par des médecins et thérapeutes qui luttent contre les symptômes des maladies sans enseigner à leurs patients l'art de vivre en bonne santé. Ils pratiquent  une médecine anti-maladies (médecine allopathique) plutôt qu'une médecine pro-santé (médecine de terrain).

On peu dire que l'époque actuelle représente, dans ce sens, une des périodes les plus étranges de l'histoire. D'un coté, la science moderne a permis de remporter de grands succès en médecine d'urgence et en chirurgie. Sa technologie sauve de nombreuses vies. Mais ce développement formidable s'est accompagné d'un recul vertigineux de la connaissance des grands principes de vie saine, de la responsabilité de chaque individu dans ce qui survient dans sa vie.

 


LA VACCINATION, par Jacqueline Bousquet, docteur ès-sciences, chercheur honoraire au CNRS et co-auteur avec Sylvie Simon de Le Réveil de la Conscience.

« L'acte vaccinal constitue l'exemple même d'une approche aberrante et antiscientifique de la prévention de la maladie pour les générations futures. Le vivant n'étant qu'une densification de champ, il est illusoire et dangereux de vouloir agir sur la matière. L'approche de la biologie actuelle est totalement inadéquate et les conséquences en matière de sante publique sont dramatiques. Décider de l'éradication et de la destruction aveugle de tout microbe, bactérie et virus revient à anéantir la vie elle-même...

La notion de terrain, bien que capitale et partiellement reconnue n'est jamais prise en compte pour l'étude et la connaissance globale du vivant. L'immunologie, science encore récente, reste hélas un vrai mystère pour la plupart des biologistes qui ne considèrent que la matière (molécules et autres composes biochimiques) et négligent complètement les champs informationnels qui pilotent es mêmes molécules via le cerveau! Cette seule approche réductionnisme, qui ne tient pas compte de la globalité de l'être, condamne à terme la survie de l'humanité et de toute forme de vie.

C'est ainsi que nous avons aujourd'hui une recrudescence de maladies « disparues » et une augmentation impressionnante de certaines pathologies. Entre 1970 et 1990, en France, les maladies endocriniennes ont augmenté de 960%, les maladies mentales de 210% et les tumeurs de 350%. Les effets secondaires des médicaments sont responsables aujourd'hui de plus d'un million d'hospitalisations par an et de plus de 20 000 décès. »

 


Il faut en effet du courage pour remettre en question les dogmes en vigueur. Vous risquez de subir des pressions multiples pour vous inciter à vous taire, de perdre vos amis, d'être mis au ban de la société...

Dans un monde dirigé par l'argent, oser s'attaquer à l'empire planétaire des multinationales demande une foi solide mais comment pourrait-on se taire à l'heure ou l'humanité est menacée d'extinction par la folie de ceux qui font passer le profit avant la vie elle-même ?

LE CORPS SPIRITUEL

La santé est avant tout une dynamique du changement. La maladie nait de la monotonie, de l'ennui du fait de ne pas mener une vie qui nous passionne. Lorsque le quotidien n'est pas aventure, découverte et surprises, un « appel au changement » nait dans les profondeurs de l'être.

Si l'individu n'écoute pas cette voix intérieur, des symptômes puis des maladies vont apparaitre, jusqu'à ce que le message soit perçu. Plutôt que de supprimer toutes les perturbations par des traitements chimiques il faut écouter sa maladie comme un professeur de vie.

« Maladie qu'as-tu à m'apprendre? » Telle est la question à se poser...

 


Ouvrages: Dr Tal Schaller

Dr Ancelet

Dr Béchamp

Multiples sont les ouvrages qui ont été éditées à ce sujet et multiples sont les sites qui dénoncent ce commerce planétaire.